F. Raulin – L’exobiologie : l’étude de la vie dans l’Univers

Une jeune thématique interdisciplinaire exemplaire

Cryovolcanisme sur le pôle sud d'Encelade
Cryovolcanisme sur le pôle sud d’Encelade


François Raulin
Ingénieur ESPCI, astrochimiste,
Professeur au Laboratoire interuniversitaire des systèmes atmosphériques
(CNRS / Paris-Est Créteil / Paris-Diderot / IPSL / SFE)

MERCREDI 24 AVRIL 2013 À 18 HEURES

L’exobiologie, aussi appelée astrobiologie, est la science qui étudie l’origine, la distribution et l’évolution de la vie dans l’univers. Ce grand domaine interdisciplinaire inclut la recherche de formes ou de traces de vie extraterrestre, l’étude de la chimie prébiotique terrestre et extraterrestre, ainsi que l’étude de l’origine de la vie sur Terre. Ce très jeune mais très large champ de recherche est né dans les années 1960. Il a connu une très rapide et importante expansion avec le développement de l’exploration planétaire, qui a offert la possibilité d’étudier in situ des environnements extraterrestres. C’est aujourd’hui une très large communauté scientifique, de chimistes et biologistes, jusqu’à des astrophysiciens et des planétologues, qui travaillent sur les différents aspects de ce domaine, et avec ses approches très variées.

L’exobiologie est particulièrement bien représentée en France, où elle est soutenue par le CNRS et le CNES et récemment par une société scientifique (la SFE), créée en 2009 ; un an seulement après sa création, la SFE comptait déjà près de 150 membres. Parmi les programmes d’exobiologie en cours ou en projet, plusieurs sont directement liés à des missions avec l’exploration de Mars, du système de Jupiter, en particulier de son satellite galiléen Europe, et du système de Saturne, particulièrement de ses satellites Titan et Encelade. Ces corps planétaires présentent en effet un grand intérêt exobiologique à cause de leurs analogies avec la Terre et/ou leur possible habitabilité – passée ou présente. Les exobiologistes étudient aussi les comètes, à cause de la présence d’une chimie organique complexe. Ils effectuent des expériences en orbite terrestre pour étudier le comportement de matériaux organiques ou biologiques. Ils étudient la chimie organique du milieu interstellaire. La récente découverte de planètes autour d’autres étoiles que le soleil a ouvert une nouvelle avenue dans le domaine de l’exobiologie et dans un futur proche les exobiologistes devraient pouvoir rechercher les signatures d’une activité biologique dans l’atmosphère de ces exoplanètes, en dehors du système solaire.

Les aspects historiques de l’exo/astrobiologie seront brièvement résumés, des exemples de récents développements seront présentés ainsi que des éléments de prospectives de ce domaine.

La vidéo de la conférence :

Haut de page



À lire aussi...

A. Coustenis – L’exploration du système de Saturne

Images de Titan et Saturne prises par la mission Cassini Athéna Coustenis, Directrice de recherches au Laboratoire d’études spatiales et (...) 

> Lire la suite...

R. Lehoucq – Peut-on faire de l’astrophysique à partir de la science-fiction ?

Mimas, satellite de Saturne, qui ressemble tant à l’Étoile Noire de Star Wars Roland Lehoucq - Astrophysicien au Commissariat à l’énergie atomique (...) 

> Lire la suite...