A. Coustenis – L’exploration du système de Saturne


Images de Titan et Saturne prises par la mission Cassini


Athéna Coustenis,
Directrice de recherches au Laboratoire d’études spatiales
et d’instrumentation en astrophysique (LESIA),
Observatoire de Paris-Meudon

MERCREDI 15 MAI À 20 H 30
à l’Institut d’Astrophysique de Paris
98 bis boulevard Arago, Paris 14e

Comment se rendre à l’IAP
L’entrée se fera par l’IAP et la sortie par l’Observatoire de Paris (77, avenue Denfert-Rochereau).

Le système de Saturne fascine depuis longtemps les scientifiques comme le grand public. Une planète géante extraordinaire, dotée d’un système d’anneaux exceptionnel, offre des opportunités d’exploration uniques. Un des atouts les plus fascinants de Saturne sont ses multiples satellites qui nous offrent une palette de mondes divers et complexes à étudier. Ces satellites sont explorés de près par la mission Cassini-Huygens qui nous a révélé des mondes glacés mais vivants, avec des geysers d’eau, des explosions volcaniques, des surfaces spongieuses ou bien recouvertes de larges canyons, et plus encore.

Parmi ces mondes, Titan, principal satellite de Saturne, est une « boule de gaz et de glace », découverte en 1655 par l’astronome hollandais Christiaan Huygens, et, bien que très éloignée de nous, assez proche de notre planète Terre par son atmosphère d’azote, sa chimie organique, ses lacs, canaux, dunes, volcans, etc. Assez différente dans le même temps par sa température très basse, l’absence d’oxygène et d’eau liquide, etc. Cette conférence sera l’occasion de présenter les dernières images et résultats sur l’exploration du système de Saturne et de décrire ce que nous pouvons apprendre sur le Système Solaire et notre propre monde à partir de l’exploration de ses satellites.

Après la conférence,
venez observer le ciel et les planètes
depuis les télescopes de l’Observatoire de Paris !

L’Observatoire de Paris a prévu des observations avec la lunette de la Carte du Ciel, et avec deux télescopes de type Dobson dans les jardins.
Attention, l’accès à la coupole de la Carte du Ciel se fait pour des raisons de sécurité par groupes de 15 personnes maximum. S’il y a beaucoup de public, il est possible qu’il y ait des temps d’attente à considérer.
S’il pleut ce soir-là, il faudra annuler les observations...
Nous espérons voir la Lune, et peut-être Jupiter et Saturne.
Dans tous les cas, l’observation en astronomie est une affaire de chance et de patience !
[Cette page Web est la source d’informations officielle, que nous maintenons à jour régulièrement !]

La vidéo de la conférence :

Haut de page



À lire aussi...

J-M. Lévy-Leblond – Pourquoi la nuit est-elle noire ?

L’amas globulaire Omega Centauri vu par le télescope Hubble Jean-Marc Lévy-Leblond Professeur émérite de l’université de Nice, Directeur de la revue (...) 

> Lire la suite...

R. Lehoucq – Peut-on faire de l’astrophysique à partir de la science-fiction ?

Mimas, satellite de Saturne, qui ressemble tant à l’Étoile Noire de Star Wars Roland Lehoucq - Astrophysicien au Commissariat à l’énergie atomique (...) 

> Lire la suite...