A. Labeyrie – Vers les hypertélescopes, au sol et dans l’espace


Vue d’artiste
de l’hypertélescope Darwin



Antoine Labeyrie
Astronome à l’Observatoire de Haute-Provence
Professeur d’Astrophysique observationnelle au Collège de France

MERCREDI 12 NOVEMBRE 2014 À 18H – ESPCI ParisTech

Pour mieux voir les étoiles, leur planètes, les galaxies proches et lointaines et quantités d’objets encore mal compris, au-delà des limites actuelles, il faut accroitre la dimension des télescopes. Au-delà des limites actuelles, une quarantaine de mètres d’ouverture pour le projet européen Extremely Large Telescope, les versions "diluées" que sont les interféromètres s’étalent maintenant sur 300m. Mais ils ne forment pas d’images directes. Les hypertélescopes, versions comportant de nombreux miroirs et un combineur de faisceaux à pupille densifiée, devraient permettre un gain considérable.

Un version terrestre fait l’objet d’essais dans les Alpes du Sud, et des versions spatiales sont proposées à la NASA et l’ESA. Construites sous la forme d’une flottille de petits miroirs, éventuellement piégés par laser, leur diamètre de méta-ouverture pourrait atteindre des milliers de kilomètres. Cela permettrait de voir les détails d’exoplanètes pour y rechercher la présence de vie.

Pour aller plus loin :
- consulter la biographie d’Antoine Labeyrie sur le site du Collège de France

Comment s’y rendre : voir la section Informations pratiques

Live tweet : suivez la conférence en direct, ou revivez ses temps forts avec le mot-dièse #ProCyonPSL sur Twitter !

Haut de page



À lire aussi...

T. Widemann – L’astronomie dans l’histoire moderne, du XVIIe au XVIIIe siècle

Établissement de l’Académie des sciences et fondation de l’Observatoire, par Henri Testelin, 1666 Thomas Widemann Astronome au LESIA, Observatoire de (...) 

> Lire la suite...